• Roman

Britpop, 90s en folie

La britpop, qu’est ce que c’est ? Si vous vous posez cette question, c’est qu‘il est temps de lire notre article. On va tout reprendre dans l’ordre, de Paul Weller à The Verve et de Parklife à Be Here Now. Et si vous voulez écouter de la bonne musique en lisant l'article, il y a une playlist tout en bas.



Tout d’abord : la britpop est un genre musical dérivé du rock alternatif, apparu dans les années 1990, en Grande-Bretagne.

Le mouvement voulait être une réponse au courant grunge américain mené par Nirvana, Pearl Jam ou Soundgarden, donc du rock par et pour les Anglais.

LES INFLUENCES

Musicalement, le mouvement britpop a eu deux grosses influences.

D’abord, le rock des années 60 et 70 : les Beatles, bien sûr, mais aussi les Kinks et les Stones, ainsi que Pink Floyd ou Led Zeppelin. Et même le punk, les Clash, les Talking Heads, et The Jam (on y reviendra).

La deuxième grosse influence, c’est le rock indé des années 80 : les Smiths, Joy Division, et surtout les Stone Roses. Sorti en 1989, leur premier album éponyme

est considéré comme inventeur du mouvement Madchester, qui est un peu l’ancêtre de la britpop. Certains disent même que c’est eux qui ont lancé le mouvement.

Au delà de la musique, la britpop contribue énormément au renouveau du pays dans les 90s, ce qu'on appelle Cool Britannia.

Maintenant que le décor est planté, on peut commencer la vraie histoire.

LES PREMIÈRES ANNÉES

Personne ne sait vraiment quel album a lancé le mouvement. Selon Noel Gallagher, guitariste d’Oasis, c’est le premier album des La’s, qui contient le tube "There She Goes". Selon John Harris, auteur d’un excellent livre sur le mouvement, c’est les singles "Popscene" et "The Drowners", respectivement par Blur et Suede.

Mais c'est véritablement grâce à Paul Weller que tout a démarré.

Paul Weller était le chanteur de The Jam (je vous avais dit qu’on y reviendrait), fin 70s et début 80s. Après ça il a fondé le groupe The Style Council, et s’est lancé en solo en 1989.

C’est son premier album, Paul Weller, qui a sans doute été décisif dans

l´apparition de la britpop.

Il est souvent cité, avec Ian Brown des Stone Roses, comme une grande influence sur des groupes tels que Oasis ou Ocean Color Scene.

Mais alors, les premiers vrais groupes de britpop ? Commencons par les "big four" les plus influents.


Le plus vieux, c’est Pulp, fondé en 1978 par Jarvis Cocker, des années avant l’explosion britpop. En fait, durant ses quinze premières années d’existence, le groupe n’a connu aucun succès et leur style était plutôt new wave que vraiment pop-rock. Avec l’arrivée des années 90, ils changent légèrement de style et se lancent dans la pop, et ça marche. On y reviendra plus en détail, je vais pas vous laisser comme ça.

11 ans plus tard, c’est au tour de Suede de se former. Originaire de Londres, comme Pulp, il est formé par le chanteur Brett Anderson et Mat Osman, bassiste. Ils sont rapidement rejoint par Bernard Butler, le guitariste qui va donner au groupe ce son si particulier. Suede est très inspiré par le glam-rock du début des années 70, avec Marc Bolan, Roxy Music et bien sûr David Bowie. Le premier album du groupe, qui s'appelle Suede (comme c'est original !) est un des piliers de la britpop.

La même année, en 1989, une des formations les plus célèbres et des plus influentes de toutes est formée, guidée par un certain Damon Albarn. Vous le connaissez ? Mais si, c’est celui qui a plein de projets en même temps !

Enfin bref, Damon rencontre Graham Coxon, guitariste, qui a rencontré Alex James, bassiste. Le groupe se complète avec le batteur Dave Rowntree. Au départ, il s’appellent Seymour, puis ils deviennent Blur. Et sans eux, pas de britpop.

Et enfin, en 1991 : Oasis. C’est avant tout le groupe des deux frères Noel et Liam Gallagher, symboles de la coolitude. Ces deux-là sont toujours dans l’amitié fraternelle : jamais un mot plus haut que l’autre, toujours à se complimenter, et bien sûr jamais d’insultes.

C’est faux. Ils ne cessent pas de se taper dessus, mais quand il y a une accalmie, ils en profitent pour créer de la musique "tellement simple qu’elle en devient quasiment imparable" (John Harris, Britpop !), mais pourtant tellement géniale.

Mais ce serait réducteur de résumer le groupe à ces deux frères : Paul "Bonehead" Arthurs, ou Paul"Guigsy" McGuigan en sont également des piliers, jusqu’a leur départ en 1999.

On peut parler de nombreux autres groupes qui eurent du succès a cette époque : Elastica, Supergrass, ou Ocean Colour Scene en sont quelques uns. Mais sans ces quatre pionniers, ils ne se seraient rien passé.


C’est bon, vous suivez ? Maintenant qu’on a les influences, le contexte et les groupes, on y va ? Ça fait déjà deux fois que je dis qu’on va commencer l’histoire, donc cette fois, c’est parti. Et ça commence en 1993.


1993




Cette année là, le rock anglais se réinvente, principalement grâce à deux albums, sortis à quelques mois d'écart. Le premier, c'est celui du groupe Suede.

Comme dit plus haut, l'album s'appelle Suede. La pochette, montrant un couple lesbien s'embrassant, fera débat en Angleterre, mais cela n'empêchera pas le disque de devenir le premier album le plus rapidement vendu de l'histoire, et plusieurs single de se classer en haut des charts. Le son est très reconnaissable, grâce à la puissante guitare de Bernard Butler et le chant assez aigu de Brett Anderson, et plus rock que le deuxième album qui lance la britpop : Modern Life Is Rubbish.

Blur avait sorti leur premier album et ses singles à succès, l'excellent "There's No Other Way" et "She's So High", en 1991. L'album s'était bien vendu, mais les critiques étaient assez mitigées. Avec le single "Popscene", mélange de riffs 60s, de rythmes pop et de paroles typiquement british, ils posent en 1992 la première pierre de la britpop, suivie rapidement d'un de ses piliers, Modern Life Is Rubbish. Sur ce disque, Blur revendique complètement ses origines et se moque de la vie anglaise avec des chansons comme "For Tomorrow" ou "Sunday Sunday". L'album n'eut pas un immense succès, pour ça il leur faudra attendre l'année d'après, 1994.

1994

1994 fut donc l'année de Blur, avec Parklife. S'il était possible de se moquer du train de vie anglais encore plus que sur Modern Life Is Rubbish, ils ne s'en sont pas privés sur ce nouveau disque. Evidemment, il devient No1 en Angleterre, et ses nombreux singles deviennent également des hits : "Girls & Boys", bien sûr, un des plus pop et dansant de l'album, mais aussi "Parklife", le plus sarcastique, "To The End", le plus mélancolique, "End Of A Century", le plus contemplatif, ainsi que de nombreuses autres réussites.

C'est là qu'ils deviennent les nouvelles stars du rock anglais, mais pas pour longtemps.


Car fin août 1994, un jeune groupe nommé Oasis, dont les singles étaient déjà bien installés dans les classements et ayant fait un concert remarqué à Glastonbury en juin, sort son premier album. Et là, c'est l'explosion. Definitely Maybe, c'est l'album qui change tout dans la musique à cette époque.

Là ou Blur était pop, avec des mélodies et des paroles travaillées et innovantes, Oasis n'en a, pour ainsi dire, rien à foutre : des power chords dans tous les sens, des solos sans fioritures (mais néanmoins pas aussi faciles qu'on pourrait le penser) et des paroles simples, qui vont droit au but. Et en plus, ça marche : l'album bat le record de vente de Suede en vendant 86 000 exemplaires la première semaine, portés par les singles "Supersonic", "Shakermaker" (avec une mélodie pompée sur une vieille pub Coca) "Cigarettes & Alcohol" (avec un riff pompé sur T-Rex) et surtout "Live Forever", sacré plus grand hymne indé par le NME en 2007.



Blur contre Oasis, c'est le Sud contre le Nord, la classe moyenne de Londres contre les ouvriers de Manchester : une rivalité qui atteindra son pic l'année suivante, en 1995.

Pendant ce temps, Suede sort son deuxième album, Dog Man Star, sorti en octobre et grimpe en haut des charts, avant de redescendre rapidement suite à des critiques moyennes. En plus, le guitariste Bernard Butler quitte le groupe et est remplacé par un gamin de 17 ans, Richard Oakes. Ça ira mieux en '96.

Mais restons un peu en 1994 et remontons dans le temps, en avril. Pulp connait enfin le succès, avec le morceau "Do You Remember the First Time?", dans le Top 50 en avril. Puis l'album His'N'Hers en juin, classé 9ème. Cependant, le plus gros reste encore à venir pour Pulp. Et ça va sortir en 1995.

1995

En 1995, la britpop est partout : dans tous les journaux musicaux, à la télévision, et bien sûr, dans les charts. De nouveaux groupes apparaissent, comme Elastica, qui sort son premier album en février et battent encore le record détenu par Oasis pour le premier album le plus rapidement vendu, ou Supergrass, avec le tube "Alright".


Après un début d'année assez calme, les deux poids lourds, Blur et Oasis sont engagés dans une lutte sans merci : la Bataille de la Britpop.

Les deux groupes doivent sortir un album cette année : The Great Escape pour Blur et (What's The Story) Morning Glory pour Oasis, en septembre et octobre. Jusque là, ça va. Oasis a prévu de sortir son single "Roll With It" le 14 août. Mais Blur, sur une idée de leur manager décident d'avancer la sortie de leur "Country House" au 14 août. Et là, c'est la guerre. Car il n'y a qu'une seule place au sommet du classement. Lequel va vendre le plus d'exemplaires ? Et donc lequel va passer à la télé cette semaine dans Top Of The Pops ? Comme le fait remarquer le New Musical Express, illustre journal musical, la semaine ou on apprenait que Saddam Hussein préparait des armes nucléaires, que des gens se faisaient toujours abattre en Bosnie et que Mike Tyson faisait son retour, on ne parlait que de la britpop.



Au final, c'est Blur qui gagna. Ils atteignirent 274'000 copies, tandis qu'Oasis n'en vendit "que" 216'000 (vous imaginez si quelqu'un en vendait autant aujourd'hui ?). Lors de leur passage à Top Of The Pops, le bassiste Alex James rendit tout de même un bel hommage : il portait un t-shirt d'Oasis.

Pour les albums, ce fut différent : The Great Escape ne se vendit qu'a 7 millions d'exemplaires et reçut des critiques moyennes, tandis qu'Oasis battit tous les records avec (What's The Story) Morning Glory, en atteignant 22 millions, et devint en passant un classique du rock. Normal, avec des tubes comme "Wonderwall" ou "Don't Look Back In Anger".

Suede, de leur côté, se préparaient à enregistrer l'album qui deviendrait Coming Up, donc pas de nouveautés de leur côté.

Et Pulp alors ? Après leur succès l'année précédente, ils sortent Different Class en novembre. Cet album est un succès, avec notamment "Common People" ou "Disco 2000", et fait partie des classiques de l'époque. Un de ceux qu'il faut absolument écouter, quoi.



1996

Ce fut année assez calme pour les albums, beaucoup de groupes étant en tournée pour leurs disques sortis l'année d'avant. Mais si vous voulez encore un peu de baston Blur/Oasis, voilà : aux Brit Awards 1996, Oasis remporte 3 prix, alors que Blur avait tout raflé l'année précédente. En venant récupérer leur récompense, Liam Gallagher commence alors à chanter le refrain de "Parklife", mais en changeant un peu les paroles.



Et Oasis marque un gros coup cette année là : les concerts de Knebworth. Il s'agit d'un immense parc au nord de Londres, ou de nombreux concerts ont déjà eu lieu, et Oasis y joue en clôture de leur tournée. mais pas qu'une seule fois : deux soirs. Ça représente 125'000 personnes par concert, et ils auraient pu le faire 20 fois : on estime que 5% de la population anglaise a cherché à avoir des billets.

Le groupe Ocean Colour Scene sort son excellent Moseley Shoals et nos amis de Suede sont de retour ! L'album Coming Up sort en septembre, sur un ton beaucoup plus pop que les précédents, avec les singles "Trash" et "The Beautiful Ones", ainsi que des ballades plus calmes comme "Picnic By The Motorway".

Mais les fans en veulent trop, et les groupes sont surmenés. C'est l'année suivante que la britpop va s'effondrer.

1997

Pourtant, ça n'avait pas si mal commencé : Blur s'attaque en février à l'Amérique avec Blur, un album largement inspiré par le grunge et le rock américain. Bien que ce soit contradictoire avec l'esprit britpop, ça réussit au groupe puisque la chanson "Song 2" se classe No 2 au Billboard.

Et puis pendant ce temps, Oasis, plongé dans la drogue, enregistrait Be Here Now, leur troisième album très attendu. C'est un euphémisme : c'était le plus attendu de l'année. Cela venait du fait que tout avait été très secret, les journalistes n'ayant même pas le droit d'entendre l'album avant sa sortie. On s'attend à un album au moins aussi bien que leur dernier, et à sa sortie, c'est ce qu'on trouve. Enfin, juste au début. La presse s'emballe et l'album se vend à 424'000 exemplaires le jour de sa sortie. Record absolu.

Mais après quelques temps, l'opinion n'est plus aussi favorable. Les critiques trouvent l'album lourd et complaisant, et le trouvent manquant d'originalité. Et la britpop, elle, s'arrête ici. Les groupes ne sont plus au niveau et s'éloignent de ce qui faisait l'originalité du style.

Certains groupes comme The Verve ou Radiohead donne un dernier élan au mouvement en 1997, mais pourtant c'est fini.

L'après Britpop

Mais ça ne veut pas dire que le rock anglais, c'est fini. Radiohead et The Verve sont considérés comme la deuxième vague de rock 90s, Coldplay est aussi un élément majeur de la "post-britpop", et dans les années 2000, les groupes comme les Libertines ou les Arctic Monkeys se sont beaucoup inspiré de la musique de cette époque.

Blur s'est séparé en 2003 avant un retour en 2009 et depuis 2013. Pulp s'arrête en 2002 puis revient en 2011 jusqu'en 2013. Suede tourne encore aujourd'hui, et a sorti un nouvel album en 2018.

Oasis s'est séparé en 2009, après des années de tensions entre les frères Gallagher. Ils se s'insultent souvent sur Twitter, comme quand Liam traite son frère d'"angry potato". Ils ne changeront jamais.



Capture d'écran Twitter, 23 novembre 2019.


Playlist


Pour bien démarrer :

  • Blur - Modern Life Is Rubbish

  • Suede - Suede

  • Oasis - Definitely Maybe

  • Pulp - His'N'Hers

Les grands classiques :

  • Pulp - Different Class

  • Elastica - Elastica

  • Supergrass - I Should Coco

  • Oasis - (What's The Story) Morning Glory

  • Blur - Parklife

Pour aller plus loin :

  • Blur - Blur

  • Suede - Coming Up

  • Ocean Colour Scene - Moseley Shoals

  • The Verve - Urban Hymns

  • Oasis - Be Here Now

32 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout