Ces albums des Stones qui méritent d'être réécoutés

Dans la discographie des Rolling Stones, il y a de tout, des hauts et des bas. Il y a les albums qui sont devenus des classiques, Beggars Banquet ou Exile On Main Street, pour ne citer qu'eux, mais on trouve aussi des excellents disques un peu méconnus ou sous-estimés. Et voici quatre de ces disques, à découvrir ou redécouvrir.


Source

Goat's Head Soup - 1973



Goat's Head Soup aurait pu être considéré comme un des meilleurs disques des Stones. Pas de chance, il est sorti un an après Exile On Main Street, qui est, selon moi, le plus grand disque du groupe. Et puisque que Goat's Head Soup est quand même moins réussi, il n'a pas été très bien accueilli par les rock critics. Selon le grand Lester Bangs, "à moins que les Stones se bougent le cul, c'est la fin du rock n' roll", carrément. Bon, certains sont moins négatifs, mais dans l'ensemble, le disque n'est pas très apprécié.

Le public l'aime bien, par contre : Nº1 aux USA et en Angleterre, propulsé par les singles "Angie" et "Doo Doo Doo Doo (Heartbreaker)".

Mais alors, le disque en lui-même ? En plus de la ballade langoureuse "Angie", l'album regorge d'excellents morceaux : "Dancing With Mr D." et son riff ultra-efficace, la superbe "Winter" écrite en partie par le guitariste Mick Taylor ou "100 Years Ago" en sont quelques uns.


Bridges To Babylon - 1997



Sur Bridges To Babylon, les Stones et le producteur Don Was essaient de faire un peu comme dans les années 80 : de la musique dans l’air du temps, tout en gardant des influences blues-rock. Autant dans les années 80, le résultat était généralement très moyen (Emotional Rescue, Undercover), même si certaines chansons ressortaient du lot, autant avec Bridges To Babylon, l'essai est plutôt réussi : les guitares de "Flip The Switch" ou "Too Tight" font le lien avec le son des débuts du groupe, là ou "Anybody Seen My Baby", a un son très pop et moderne. Une certaine Angelina Jolie est dans le clip, d'ailleurs.

Cette dernière chansons fait partie des trois singles de l'album : viennent ensuite "Saint Of me", chanson géniale sur le thème de l'infidélité et "Out Of Control" qui deviendra une habituée des concerts des Stones.

Bien sur, il y a quelques morceaux un peu en-dessous, tels que "You Don't Have To Mean It" ou "Always Suffering", mais dans l'ensemble, bien que largement inférieur à Voodoo Lounge ou les plus anciens albums du groupe, Bridges To Babylon est un disque très intéressant et vaut l'écoute.


Black and Blue - 1976



En 1975, il manque un guitariste pour les Rolling Stones : Mick Taylor a quitté le groupe l'année précédente, peu après la sortie de It's Only Rock & Roll. Du coup, tout en travaillant sur le prochain album, ils cherchent un remplaçant, et ce remplaçant, ce sera Ronnie Wood. Ancien des Faces avec Rod Stewart, il arrive en décembre 1975 et est toujours membre de nos jours. Malheureusement, le premier album des Stones auquel il a participé a été plutôt mal accueilli : c'est Black And Blue.

Ce disque mélange des influences qu'on avait jamais, ou quasiment jamais retrouvé chez les Stones avant : le funk, le reggae, et même le jazz.

Quelques morceaux sont plus que dispensables "Cherry Oh Baby" est très vite insupportable et "Fool To Cry" est un peu trop commerciale mais dans les bons morceaux, on retrouve notamment l’énergique "Hot Stuff", la mélancolique "Memory Motel" ou le swing de "Melody", et c’est ces chansons qui font cet album bien meilleur que sa réputation.


It's Only Rock N' Roll (1974)



Depuis 1968 et Beggars Banquet, les Stones travaillaient avec le producteur Jimmy Miller, et ça leur réussissait plutôt bien à en voir la quantité de classiques produits depuis le début de leur collaboration. Mais pour It’s Only Rock N' Roll, c’est Jagger et Richards, sous le nom des Glimmer Twins (Jumeaux Etincelants) qui produisent, et en plus ce sera le dernier opus avec leur guitariste Mick Taylor. Et Mick Taylor, même s’il ne joue pas sur tous les morceaux, a fini sa carrière avec les Stones en beauté sur ce disque : il fait des merveilles sur "Fingerprint File" ou sur "Time Waits For No One", qui semble assez inspiré par Santana.

L’album contient un énorme hit, le morceau-titre "It’s Only Rock N Roll (But I Like It)", plus quelques excellentes chansons, telles que "Ain’t Too Proud To Beg", super reprise des Temptations ou "If You Can’t Rock Me". Mais le disque dans son ensemble est un peu gâché par des chanson plus que dispensables : "Dance Little Sister", carrément énervante,"Till The Next Goodbye", ballade sans intérêt, "Luxury", reggae un peu raté... Malgré tout, je vous conseille d’écouter It’s Only Rock N’ Roll pour ses très bonnes chansons.




Vous en avez d'autres ? Faites-nous des suggestions sur nos compte Instagram, Facebook ou Twitter !

Nous
contacter